Salvini entraînera-t-il l’Italie «hors de l’UE»?

Selon un ancien Premier ministre italien de gauche, interrogé par l’AFP, le chef de la Ligue Matteo Salvini pourrait avoir «une majorité absolue» au parlement lors d’élections anticipées «assez probables» et pourrait «entraîner l’Italie hors de l’UE».




L’ancien Premier ministre italien Enrico Letta a jugé nécessaire d’arrêter l’ascension de Matteo Salvini, le vice-président du Conseil des ministres, qui «pourrait entraîner l’Italie hors d’Europe». Rencontré par une équipe de l’AFP, il s’est dit «très préoccupé» face «au chaos politique» en Italie.

Enrico Letta, ancien numéro deux du Parti démocrate (centre gauche, PD), a été le chef du gouvernement d’avril 2013 à février 2014 et vit actuellement à Paris.

L’actuel ministre de l’Intérieur et chef de la Ligue Matteo Salvini a fait exploser jeudi la coalition formée avec le Mouvement 5 étoiles (M5S), au pouvoir depuis 14 mois, et réclame la fin du gouvernement de Giuseppe Conte et des élections anticipées.

«Cette majorité n’avait aucune chance de durer, c’étaient deux partis incompatibles», a constaté Enrico Letta, soulignant que Matteo Salvini, «en grand opportuniste, cherche à tirer les bénéfices» de la crise.

«Ce serait un grand danger pour le pays»

Pour Enrico Letta, aujourd’hui doyen de l’école des affaires internationales de Sciences Po Paris, «les élections sont assez probables», puisqu’il sera «très compliqué de mettre ensemble des partis aussi différents que le PD et le M5S» pour former une nouvelle coalition.

Des élections offriraient à Matteo Salvini, crédité de 36 à 38% des voix dans les sondages, «un résultat important», voire «une majorité absolue» au parlement. «Ce serait un grand danger pour le pays», affirme-t-il. «Matteo Salvini et ses idées souverainistes pourraient entraîner le pays hors de l’Europe».

Si le leader de la Ligue a toujours assuré vouloir rester dans l’UE, Enrico Letta juge néanmoins qu’«avec Matteo Salvini, un Brexit italien n’est pas impossible».


Le bilan des européennes

Le score de la Ligue aux élections européennes du 26 mai a dépassé les 34% alors qu’il avait atteint 17% aux législatives de mars 2018. Le Mouvement 5 étoiles (M5S), formant la coalition gouvernementale avec la Ligue, a obtenu moins de 17%.

D’autres partis membres du groupe Europe des nations et des libertés (ENL) au sein du Parlement européen ont aussi renforcé leurs positions à la suite des européennes. Il s’agit notamment du Rassemblement national qui est arrivé en tête du vote en France en devançant de 0,9 point la liste de La République en marche.

En Belgique, le parti Vlaams Belang a atteint 12% en triplant sa représentation au Parlement européen.

Alternative pour l’Allemagne (AfD) a aussi amélioré son score des élections européennes de 2014. Mais avec ses 11%, ce parti ne se classe que quatrième dans le pays.

La Ligue veut et peut gouverner seule

L’entente ne pouvait pas durer entre cet homme ambitieux venu de la droite, et désormais leader de facto du « centre-droit » unissant son parti à Forza Italia et à Fratelli d’Italia dans de nombreux exécutifs locaux, et les tenants de l’antipolitique du Mouvement Cinq Etoiles aux nombreuses factions (dont la plupart ont plus de rapport avec la gauche idéologique qu’avec la droite).

Dont acte. En déposant sa motion de défiance envers le chef du gouvernement, Matteo Salvini tente un coup de poker bien calculé. L’objectif est de faire tomber l’exécutif en capitalisant sur son immense popularité, acquise et consolidée grâce à ses fonctions de ministre de l’Intérieur ultra-médiatique.

Ancien journaliste, le Lombard a été extrêmement habile, jouant des codes qui plaisent à ses concitoyens et se montrant ferme sur le sujet qui l’a porté au sommet de la vie politique du pays de Machiavel : l’immigration. Il a aussi su apparaître « proche du peuple » à plusieurs reprises, doué pour les accolades et les sorties sur les plages.

De quoi rappeler – au moins sur la forme -, un certain … Silvio Berlusconi. Prototype du dirigeant « populiste » moderne dans sa manière de communiquer, le Milanais était en quelque sorte une anticipation de ce qu’est aujourd’hui Donald Trump. Comme toujours dans son histoire, l’Italie fait donc figure de laboratoire des idées politiques en Occident.




La place de ministre de l’Intérieur était trop étroite pour Matteo Salvini. Il a fait ses calculs et sait qu’il peut gagner de nouvelles élections et gouverner avec le centre-droit pour mener son programme. Quel est-il ? En premier lieu, poursuivre et intensifier la lutte contre l’immigration. Dans un second temps, baisser de manière drastique la fiscalité.

On s’en doute, l’Italie de Salvini devra encore batailler avec Bruxelles. « Si vous nous en donnez la force, nous voterons un budget qui mettra au centre le travail des Italiens et la baisse des impôts, et si cela ne convient pas à l’Europe nous le ferons quand même », a ainsi dit Matteo Salvini lors d’un meeting.

Pour y parvenir, il devra battre ses anciens amis du M5S, lesquels chercheront peut-être à s’allier avec le Parti Démocrate ou avec des dissidents de Forza Italia. Certains seraient même enclins à chercher une solution qui leur éviterait de retourner aux urnes, à l’image du député sicilien Stanislao Di Piazza qui a proposé un « gouvernement du bien commun. »

Du côté du Parti Démocrate, on attise la peur des « marchés » et des « spreads » bancaires pour décrédibiliser la volonté de conquête de la Ligue. De quoi effrayer les Italiens ? Rien n’est moins sûr. Les prochains mois risquent d’être fort agités de l’autre côté des Alpes…

www.alterinfo.ch

Laisser un commentaire