Pour Macron, les Brésiliens ont sans doute « honte » de leur président

Le président français a réagi pour défendre son épouse qui avait été la cible de propos « extraordinairement irrespectueux » de Jair Bolsonaro.

« En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis », dit l’adage. Mais Emmanuel Macron ne semble pas considérer que cela soit aussi le cas pour les échanges tendus qui l’opposent à Jair Bolsonaro. En marge du sommet du G7 à Biarritz lundi, le président français a déploré les propos « extraordinairement irrespectueux » de son homologue brésilien à l’encontre de son épouse Brigitte, se disant « triste pour lui et pour les Brésiliens ». « Qu’est-ce que je peux vous dire ? C’est triste, c’est triste mais c’est triste d’abord pour lui et pour les Brésiliens », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il espérait « très rapidement » que les Brésiliens « auront un président qui se comporte à la hauteur ». « Je pense que les Brésiliens qui sont un grand peuple ont un peu honte de voir ces comportements », a encore dit Emmanuel Macron.

Le dirigeant d’extrême droite a réagi à un message diffusé sur le réseau social Facebook – qui se moquait du physique de Brigitte Macron avec pour légende : « Vous comprenez maintenant pourquoi Macron s’en prend à Bolsonaro » – en commentant : « N’humilie pas le type, hahaha. »

« Trois malentendus »

Le chef de l’État français a estimé qu’il y avait « sans doute eu trois malentendus » avec le dirigeant brésilien :

Le ministre brésilien de l’Éducation a participé à cette passe d’armes, sur Twitter, en qualifiant Emmanuel Macron de « crétin opportuniste », qui s’opposerait à l’accord entre l’Union européenne et le Mercosur dans le seul but de s’attirer les faveurs du « lobby agricole ».

Jair Bolsonaro avait pris ombrage de la volonté de son homologue d’inscrire la question amazonienne à l’ordre du jour du sommet du G7 de Biarritz, un club dont le Brésil n’est pas membre. Le Brésilien a alors accusé le Français d’avoir une mentalité « colonialiste » et s’est vu reprocher en retour, par Paris, ses « mensonges » quant à ses engagements climatiques.

www.lepoint.fr

Laisser un commentaire