MUSULMAN, IL DÉCOUVRE QUE LE SANDWICH QU’IL MANGE DEPUIS 12 ANS N’EST PAS HALAL

De l’importance de bien lire les étiquettes. Le média britannique Metro rapporte ce mardi la mésaventure de Khalid Qadeer, musulman britannique résidant à Londres, qui a eu la mauvaise surprise de réaliser que le sandwich qu’il mangeait depuis douze ans n’était pas halal.




Vendu par la chaîne de restaurants Prêt à Manger, le sandwich baguette au thon et à la mayonnaise, assorti de quelques tranches de concombre, comportait ainsi un ingrédient proscrit par l’Islam. C’est en découvrant une nouvelle étiquette sur l’emballage de son sandwich, sur laquelle était détaillée la liste des ingrédients, que Khalid Qadeer a réalisé qu’il contenait du vinaigre de vin, donc de l’alcool.

Il a ainsi décidé de partager son expérience, expliquant que pour les musulmans, le fait qu’un ingrédient contienne de l’alcool est comparable au fait qu’il contienne des arachides lorsqu’on est allergique. Prêt à Manger avait d’ailleurs décidé récemment d’apposer des étiquettes détaillant les ingrédients sur l’emballage de ses produits suite à la mort de deux clients victimes de réactions allergiques.

«MOINS D’ALCOOL QUE DANS LA PLUPART DES JUS D’ORANGE»

«Etant musulman je ne peux pas consommer quoi que ce soit comportant de l’alcool. Et il y a probablement des milliers de musulmans qui achètent des produits chez Prêt à Manger, a expliqué Khalid Qadeer à Metro. Certains musulmans boivent de l’alcool mais il y a un certain pourcentage qui va avoir une sacrée surprise (…) J’ai travaillé à la City lors des 12 dernières années et je n’aurais jamais acheté ce produit si j’avais su.»


Khalid Qadeer s’est également plaint auprès du manager du restaurant dans lequel il avait ses habitudes, et a fini par obtenir un début de réponse de la part du PDG de Prêt à Manger, Clive Schlee. Ce dernier a expliqué que des experts sont chargés de calculer la quantité d’alcool présente dans les sandwichs, et qu’elle représente «moins qu’une trace». «Par comparaison, il y a moins d’alcool que dans la plupart des jus d’orange», a ajouté Clive Schlee.

Mais après avoir rencontré le PDG, Khalid Qadeer estime ne pas avoir obtenu les réponses qu’il souhaitait, rappelant que pour l’Islam, en matière d’alcool, c’est la tolérance zéro qui s’applique.

www.cnews.fr

Laisser un commentaire