Malgré la propagande du régime, les Français rejettent de plus en plus l’islam

Si le voile n’est pas l’affaire de Macron, il est bien l’affaire du peuple français, comme le prouve un sondage Ifop.

78 % des Français estiment que la laïcité est en danger.

80 % jugent que c’est l’islam qui remet en cause le principe de la laïcité.

82 % veulent interdire les prières de rue.

75 % sont contre le port de signes religieux chez les usagers des services publics.

73 % sont contre le port de signes religieux chez les parents accompagnant les sorties scolaires.

72 % ne veulent pas de signes religieux chez les salariés du secteur privé.

68 % veulent la fermeture des écoles coraniques.

61 % sont d’accord pour les menus de substitution chez les élèves ne mangeant pas de porc, en signe de tolérance.

Et 61 % estiment que l’islam est incompatible avec les valeurs de la société française !


C’est dire l’abîme qu’il y a entre le peuple et ses élites, qui nient l’échec flagrant de l’intégration des musulmans.

Si un tiers des musulmanes portent le voile, elle sont 70 % à y être favorables !

Et 50 % des jeunes musulmans sont favorables à l’instauration de la charia.

En 2018, 18 % des prénoms des nouveaux-nés étaient des prénoms arabes, signe évident du ratage de l’intégration.

Tel est le résultat de 30 années de renoncement politique et de refus des réalités.

Il faut se rendre à l’évidence. Il n’y aura jamais d’intégration réussie.

J’ai longtemps cru, comme Marine, que nos musulmans « modérés », terme qui enflamme la sphère identitaire, pouvaient s’intégrer.

Mais il est clair que seuls ceux qui ne pratiquent pas adhèrent à nos valeurs républicaines.

Porter le voile ou aller à la mosquée, c’est être fidèle aux préceptes du Coran, donc à l’islam politique, en opposition frontale avec la République. Il n’y a pas 36 lectures du Coran. Il n’y en a qu’une. Un recueil de violence et d’intolérance, comme le prouvent les 32 000 attentats musulmans perpétrés dans les monde au nom d’Allah depuis 2001, selon une revue allemande.

Ce retour à l’islam moyenâgeux et barbare est manifeste depuis le 11 septembre 2001 et les printemps arabes.

En liquidant les potentats arabes pro-Occidentaux, qui étaient l’ultime rempart contre l’islamisme, nous avons détruit le Moyen-Orient et enfanté l’État islamique, ce monstre de barbarie et de terreur : l’islam guerrier dans sa vérité historique de violences et de conquêtes.

On a cru pouvoir imposer la démocratie et les droits de l’homme au Moyen-Orient, où seuls les rapports de force régissent les sociétés.

Dans les années 60, les étudiants d’université, au Caire, à Téhéran, à Kaboul ou dans de nombreux pays musulmans, étaient totalement occidentalisés, les filles portant jupes et décolletés comme à Londres, New-York ou Paris. Les photos d’époque en témoignent.

Le basculement vers un islam radical a commencé avec le renversement du Chah en 1979 et a gagné la planète après l’attentat du Word Trade Center.

Les masses musulmanes, incapables de suivre la course au progrès, venaient de prendre conscience qu’elles pouvaient faire trembler l’Occident et le combattre par le fanatisme religieux. Cette guerre contre l’Occident impie ne fait que commencer. Elle va durer des siècles.

Face à cette menace existentielle, il est clair que la France, pays le plus islamisé d’Europe avec ses 10 millions de musulmans, est très mal partie.

Jamais Macron n’acceptera de fermer les frontières, de supprimer le droit du sol et la double nationalité, de durcir le code de la nationalité, de fermer les 140 mosquées salafistes, de fermer les écoles coraniques et d’expulser les étrangers fichés « S ».

Il botte en touche et refuse l’obstacle.

Idem pour la droite. Quand on écoute le discours de bisounours de Gérard Larcher, on reste pantois. Il est pour le voile dans la sphère publique, signe de liberté, et juge l’islam compatible avec la République.

Les Français ne s’y trompent pas. Ils font d’abord confiance au RN pour protéger le pays, avec 37 % d’opinions favorables.

Suivent LREM avec 20 %, LR avec 15 %, LFI avec 13 %, les Verts avec 9 % et le PS avec 6 % !

Le choc civilisationnel  est imminent. Ce n’est pas faute d’avoir tiré la sonnette d’alarme. Mais le pouvoir a choisi : combattre le populisme avant les communautarismes. Une erreur qui sera fatale à la France.

www.ripostelaique.com

Laisser un commentaire