Les gilets jaunes en France veulent un référendum d’initiative populaire: c’est quoi?




Depuis plusieurs jours et ce matin encore sur les Champs-Elysées comme sur les réseaux sociaux, les gilets jaunes réclament l’application de référendums populaires ou référendums d’initiative citoyenne. Motif: pour peser plus lourd dans les décisions politiques, il faut se faire entendre.

« Il y a dans ce mouvement une demande sociale évidente. Une demande politique aussi, le désir d’une participation citoyenne », a expliqué la romancière Annie Ernaux au quotidien Libération. Problème: ce type de consultations est compliqué à mettre en oeuvre. Pour certains, cela pose aussi question.

Référendum populaire ?

Un Référendum populaire ou d’initiative citoyenne, c’est la même chose. Antoine Chollet, spécialiste de la démocratie directe, s’en est expliqué à France Info. « Chaque pays a son vocabulaire spécifique. Le principal, c’est qu’il ne s’agit pas d’un référendum convoqué par le pouvoir, comme c’est le cas en France, où c’est le président qui décide, mais d’une initiative populaire. Dans la plupart des cantons en Suisse, mais aussi aux Etats-Unis, les citoyens peuvent ainsi proposer une loi dès qu’ils ont le nombre suffisant de signatures. En Suisse, ils peuvent aussi, par ce moyen, approuver ou désapprouver un texte voté par le Parlement. »

Qui peut le réclamer ?

Les gilets jaunes ont en fait émis 42 revendications. Le « référendum populaire » en fait partie. « Le référendum populaire doit entrer dans la Constitution. Création d’un site lisible et efficace, encadré par un organisme indépendant de contrôle où les gens pourront faire une proposition de loi. Si cette proposition de loi obtient 700 000 signatures, alors cette proposition de loi devra être discutée, complétée, amendée par l’Assemblée nationale qui aura l’obligation (un an jour pour jour après l’obtention des 700 000 signatures) de la soumettre au vote de l’intégralité des Français », peut-on lire dans les revendications portées par les gilets jaunes.

D’autres manifestants exigent un référendum d’initiative citoyenne avec des pouvoirs législatifs, mais aussi « abrogatoire » (permettant « d’annuler une loi »), « révocatoire » (permettant de destituer un responsable politique) ou « constituant ».

Laisser un commentaire