La popularité de Macron au point mort après les européennes

Le score en demi-teinte de la majorité profite davantage au premier ministre qu’au président. Le Rassemblement national, lui, peut se réjouir.

À qui profitent les résultats des élections européennes? Quinze jours après le scrutin qui a vu le Rassemblement national surclasser La République En Marche, ni le chef de l’État ni son premier ministre ne voient leur cote de confiance bouleversée, le couple exécutif ayant profité de l’effondrement de la droite conservatrice pour renforcer son assise au centre de l’échiquier politique.

Selon le baromètre mensuel YouGov réalisé pour Le HuffPost, la popularité d’Emmanuel Macron diminue très légèrement en juin alors que celle d’Édouard Philippe progresse dans les mêmes proportions. Un jeu à somme nulle qui illustre la restructuration de l’équilibre politique de la majorité présidentielle.

Très investi dans cette campagne, au mépris de son statut de président censé lui conférer un rôle d’arbitre, Emmanuel Macron paye son pari raté de dépasser le Rassemblement national. Avec 25% d’opinions favorables, la popularité du chef de l’État recule d’un point par rapport au mois de mai. Hormis dans son cœur de cible électoral où il progresse de trois points, Emmanuel Macron voit sa cote de confiance reculer chez toutes les catégories d’électeurs, en particulier chez les sympathisants de droite où il perd 15 points.






À l’inverse, son premier ministre Édouard Philippe semble recueillir le fruit de son travail de sape auprès des électeurs de droite. Lui aussi très investi dans la campagne des européennes, le chef du gouvernement voit sa cote de popularité progresser d’un point ce mois-ci (27% d’opinions favorables). Cette petite éclaircie provient essentiellement d’une amélioration sensible de sa cote (+8 points, 41% d’opinions favorables) auprès des sympathisants de droite.

Définitivement adoubé par le cœur de cible électoral de la Macronie, Édouard Philippe se paye le luxe d’être presque aussi populaire (80% d’opinions favorables) qu’Emmanuel Macron auprès des sympathisants du centre, où il enregistre une progression de 2 points.

Fort rebond du Rassemblement national
Si cette moisson européenne est donc mi-figue, mi-raisin pour le couple exécutif, elle s’annonce autrement plus féconde pour Marine Le Pen et son Rassemblement national, remis en selle par cette première place incontestée.

Si la députée du Pas-de-Calais, qui n’était pas candidate, ne voit pas d’évolution notable de sa propre image, celle du parti d’extrême droite, qui espère profiter de l’effondrement des Républicains pour séduire d’autres figures souverainistes, se redresse sur à peu près tous les items testés chaque mois par notre baromètre.




Un peu moins de la moitié des Français interrogés (43%, +4 points) pensent que le Rassemblement National à “une ligne claire dont il ne bouge pas” et qu’il est prêt ”à prendre des décisions impopulaires si elles sont bonnes pour le pays”(41%, +9 points). Près de 38% des Français pensent que le Rassemblement National “s’adresse à toute la population, pas seulement à ses électeurs” (+6 points) et qu’il a “de bonnes intentions même si je ne suis pas toujours d’accord
avec” (+7 points).

Près d’un tiers de Français pense que le parti de Marine Le Pen “protège les intérêts de personnes comme moi” (32%, +6 points), que “la société que prône le Rassemblement National est globalement celle dans laquelle je souhaite vivre” (29%, +5 points) et qu’il “va de l’avant et propose des idées modernes” (28%, +4 points). Enfin un quart des Français estime que le RN est “composé de personnes compétentes” (25%, +4 points).

www.huffingtonpost.fr

Laisser un commentaire