Jordan Bardella : le burkini est le cheval de Troie du fondamentalisme islamiste !

Invité du “Grand Jury” RTL-LCI-“Le Figaro”, ce dimanche 30 juin, l’eurodéputé a abordé le cas du très décrié vêtement de bain.

Jordan Bardella : le burkini est le cheval de Troie du fondamentalisme islamiste !

« Le burkini est le cheval de Troie de l'islamisme ! Avec cette stratégie de la victimisation et ces provocations, ces gens cherchent à accroître dans notre pays la percée du fondamentalisme islamiste, qui n'est fort que de nos faiblesses. »J'ai demandé ce midi dans « Le Grand Jury » que l'on coupe totalement les vivres à toutes ces associations liées aux islamistes qui bénéficient de financements publics !

Опубликовано Jordan Bardella Воскресенье, 30 июня 2019 г.

Chaque année, et d’autant plus l’été, le sujet refait surface. Le burkini, vêtement très prisé des femmes voilées souhaitant pratiquer la baignade, a de nouveau fait parler de lui, notamment à Grenoble. Et pour Jordan Bardella, invité du « Grand Jury » RTL-LCI-Le Figaro, ce dimanche 30 juin « on utilise ce genre de vêtement, de provocation, pour accroître la percée du fondamentalisme en France ». « De nombreux compatriotes musulmans subissent ce fondamentalisme », a poursuivi l’eurodéputé du Rassemblement national.

Des maîtres-nageurs victimes de « campagnes d’intimidation »

La veille, samedi, Adrien Quatennens faisait déjà un constat du même ordre, sur BFM TV. « Il y a une provocation. Le burkini est aussi une caractéristique d’un intégrisme religieux », a-t-il déclaré. Et d’ajouter : « Bien évidemment qu’il y a une provocation, et l’idée c’est de ne pas tomber dedans ».

Dimanche 23 juin, une dizaine de femmes avaient revendiqué mener une action de « désobéissance civile » en se baignant dans une piscine de Grenoble en burkini, à l’initiative du collectif Alliance Citoyenne. Et ce malgré l’interdiction, par arrêté, du vêtement de bain. La mairie avait fait savoir que « les maîtres-nageurs subissent actuellement un contexte social compliqué car il est difficile d’en recruter, et ils sont à Grenoble l’objet d’opérations communautaires », victimes de « campagnes d’intimidation incitant à contrevenir au règlement ». Les piscines ont finalement rouvert vendredi.

 

Laisser un commentaire