Italie – Le tribunal des ministres donne raison à Salvini : “les ONG doivent débarquer les migrants dans leur pays”

Nouvelle victoire contre les immigrationnistes pour le chef de la Ligue plébiscité par les Italiens. Le tribunal des ministres lui donne raison et réduit à néant les thèses des magistrats de la bien-pensance :

« L’ÉTAT DE PREMIER CONTACT EST CELUI DU BATEAU QUI A PROCÉDÉ AU SAUVETAGE. »

Il y a une semaine le parquet d’Agrigente en Italie s’était mis en tête d’essayer de mettre en examen Matteo Salvini en l’accusant de délits de séquestration de personnes et manquement au devoir officiel. Pour cela, il a exhumé le cas des 164 clandestins qui, après avoir été récupérés cet été 2019 au large de la Libye par le bateau Open Arms de l’ONG espagnole, avaient été emmenés au port de Lampedusa. Salvini, ministre de l’Intérieur à l’époque, les avait bloqués une vingtaine de jours dans la tentative de faire respecter la loi italienne et le décret Sécurité.

Le tribunal des ministres de Rome a annulé ces tentatives de poursuites du parquet le 21 novembre dernier en, par-dessus le marché, donnant raison à Salvini :

« LES ONG DOIVENT DÉBARQUER DANS LEUR PAYS. »

La ligne du chef de la Ligue n’est pas seulement licite mais elle devrait être respectée par tous les pays européens, continue en substance le tribunal. Même si la responsabilité de désigner un « port sûr » aux embarcations qui transportent des « migrants » prélevés en mer incombe à « l’État de premier contact », les indications transmises par conventions et accords internationaux établissent que « l’État de premier contact ne peut que s’identifier à celui du bateau qui a procédé au sauvetage ». Aussi, ce n’est donc pas à l’Italie de se charger des migrants des ONG qui continuent à frapper à sa porte.

Depuis que Salvini a lancé la campagne contre l’immigration clandestine les magistrats, aussi acquis à la cause mondialiste et immigrationniste qu’en France, font de tout pour lui mettre des bâtons dans les roues.

« Pour moi défendre la pays a toujours été un honneur » a répété en plusieurs occasions l’ex-ministre de l’Intérieur. Ce jugement du tribunal des ministres est une victoire pour Matteo Salvini qui a tenu à rappeler que « finalement » il a été reconnu par un juge que « bloquer les débarquements non-autorisés d’immigrés n’est pas un délit ».

Mettre un terme à l’immigration clandestine c’est donc possible…

www.republique5.fr

Laisser un commentaire