Goulard virée : Macron n’a toujours rien compris et exige des explications !

Humilié par le rejet de la candidature de Sylvie Goulard à la Commission européenne, Macron, très mauvais perdant et loin de désarmer, se dit victime d’un complot et veut des coupables !

C’est dire l’ego démesuré de l’hôte de l’Élysée. Il va bientôt falloir l’appeler « Sire ».

« Il faut qu’on m’explique », tonne t-il. Preuve qu’il n’a rien compris au film.

Président de la magouille par excellence, comme on a pu le voir avec l’affaire Benalla, lequel régnait sur une police parallèle pour ne pas dire un cabinet noir, Macron a cru qu’on pouvait manipuler le Parlement de Strasbourg comme on entortille les députés LREM, tous au garde-à-vous devant le prince.




Prétentieux au possible, arrogant et méprisant, il entend faire la pluie et le beau temps au sein de l’UE, comme il le fait en France, où les ministres ne sont que de simples marionnettes sans la moindre initiative.

Il croit pouvoir traiter la Commission et les eurodéputés comme il a traité le général de Villiers en juillet 2017. Il a eu davantage d’estime pour Benalla que pour un grand serviteur de l’État. C’est dire l’éthique du personnage !

Mais il a tout faux. S’il a 30 % d’opinions favorables en France, il en a encore moins à Bruxelles, où il a réussi à se faire détester par une majorité d’Européens.

Il est tellement imbu de lui-même qu’il a cru pouvoir imposer Sylvie Goulard à la Commission européenne, alors qu’elle traîne une casserole judiciaire depuis des mois.

Si Macron n’a aucune éthique et considère l’affaire des emplois fictifs comme une broutille, les eurodéputés ne l’entendent pas de cette oreille.

Pourquoi l’éphémère ministre de la Défense, jugée inapte au poste pour raisons judiciaires, serait-elle soudain blanchie pour un portefeuille de commissaire européen ? C’est une insulte à nos partenaires.

La claque est sévère. Sylvie Goulard a été recalée par 82 voix contre 29 !!

C’est le retour du boomerang.

Croyant pouvoir chambouler impunément les règles de désignation du président de la Commission européenne, il a imposé Ursula von der Leyen, à la place de Manfred Weber, chef de file du PPE, groupe arrivé en tête lors des élections européennes.

Mais la vengeance est un plat qui se mange froid. Les eurodéputés présentent la facture.

Et que fait Macron face à cet insupportable camouflet ?

Loin de faire amende honorable pour son manque de clairvoyance et de jugement, il accuse la présidente de la Commission de l’avoir trahi !

Heureusement que le ridicule ne tue pas.

En accusant Ursula von der Layen de lui avoir promis un vote favorable à Sylvie Goulard, Macron ne s’est pas grandi aux yeux des Allemands.

« Pas très élégant », écrit la presse allemande… qui ajoute que Paris a une vision assez naïve du fonctionnement de l’UE.

Macron entend régner en despote. On l’a vu à sa façon d’insulter les Français et de malmener la France à l’étranger et devant l’Onu.




Il méprise tout le monde, se prend pour l’empereur d’Europe ayant détrôné Merkel, il se met à dos tous nos partenaires.

Tout empire en France, insécurité, chômage, dette et déficits, immigration de plus en plus agressive, islamisation dévastatrice. Mais Macron a la prétention de donner des leçons aux Européens !

Il ne lui reste plus qu’à trouver un nouveau candidat pour la Commission.
Un candidat sans casserole judiciaire, ce qui ne court pas les rues, dans un pays où bon nombre de politiques se croient au-dessus des lois.

Et Macron devrait se rappeler qu’au classement mondial de la corruption, la France figure à la 23e place, loin derrière les pays nordiques…

ripostelaique.com

Laisser un commentaire