Bénin: 2 militaires morts à cause de 2 connards qui sont allés où c’était déconseillé

Illustration : admirez-les, ils étaient pleins de vie et de rires, pleins de détermination. Ils sont morts à cause de 2 connards qui voulaient finir leur safari !  Ils avaient 28 et 33 ans.

Marre de ces connards qui se croient le droit de tout faire et qui viennent pleurer quand ils sont enlevés, pris en otage.

Ben oui, Ducon 1 et Ducon 2, la France est bonne mère, elle paye les rançons, elle envoie des négociateurs ( qui risquent leur peau), elle envoie ses soldats qui risquent la leur et la perdent, trop souvent.




Et voilà, Ducon 1 et Ducon2 sont sauvés, libérés. Mais au prix du sang de 2 enfants de la France. 2 militaires tués dans l’assaut. Et pas n’importe qui, ils appartenaient aux forces spéciales, à l’élite. Combien d’années pour former de tels hommes ? Tout ça pour sauver des connards se croyant plus forts que tout, se croyant à l’abri, croyant mieux savoir que le Quai d’Orsay !

Ces enfants de France s’appelaient le maître Cédric de Pierrepont et le maître Alain Bertoncello, tous deux officiers mariniers au sein du commandement des opérations spéciales

Et ni Macron ni  Parly ne disent pourquoi ils sont morts, Cédric et Alain. Parce qu’il y a des connards qui voyagent, qui font du tourisme, des « safaris »  dans des zones dangereuses. Non, Macron s’incline avec émotion et gravité devant le sacrifice de nos deux militaires, qui ont donné leur vie pour sauver celles de nos concitoyens ». Tu parles, ils ont donné leur vie qui valait beaucoup parce qu’ils ont en ont reçu l’ordre. Or leur métier c’est de défendre la France et les Français là où ils sont attaqués. Est-ce de mourir pour empêcher des candidats au suicide d’aller jusqu’au bout de  leurs caprices ?

Et les 2 connards, Patrick Picque et  Laurent Lassimouillas, \

l’un commerçant, l’autre enseignant, sont partis dans le Nord du Bénin bien que ce soit formellement déconseillé par le Quai d’Orsay :

Et les 2 connards, l’un commerçant, l’autre enseignant, sont partis dans le Nord du Bénin bien que ce soit formellement déconseillé par le Quai d’Orsay :




Le Bénin, longtemps épargné par le terrorisme, fait figure de havre de paix en Afrique de l’Ouest, région mouvementée où prolifèrent les groupes armés, notamment jihadistes et criminels. Sur son site, le Quai d’Orsay déconseillait toutefois formellement aux voyageurs de se déplacer dans l’extrême-nord du Bénin, frontalier du Burkina et du Niger, « compte tenu de la présence de groupes armés terroristes et du risque d’enlèvement ».

« La menace était réelle dans ce parc, étant donné sa proximité avec l’est du Burkina. »

« La menace était réelle dans ce parc, étant donné sa proximité avec l’est du Burkina, en proie àdes attaques armées récurrentes depuis février 2018, estime Rinaldo Depagne, directeur pour l’Afrique de l’Ouest à l’International Crisis Group (ICG). Le parc de la W-Burkina, proche de la Pendjari, avait déjà fait l’objet d’une tentative d’implantation de groupes jihadistes il y a quatre ans, fin 2015, qui a finalement échoué. »

Pendant ce temps, combien de Béninois, au lieu de faire la guerre chez eux et d’en extirper les terroristes et délinquants, se transforment en « migrants » et viennent, bien à l’abri chez nous, cracher sur la France et sur les Blancs ?

Ce soir j’ai la rage.

Ils tuent nos enfants. Nos élites envoient nos enfants se faire tuer, au Bénin comme au Mali…

Et, en retour, qu’est-ce qu’elle a, la France  ? Une invasion d’ingrats pour une bonne partie.

Et la haine, en France comme en Afrique.

Bien envie de dire « chiche « ! On dégage, on rapatrie toutes nos forces en France, on les utilise pour mettre de l’ordre dans les territoires perdus de la République, on renvoie Maliens, Béninois et compagnie chez eux. Ils se démerdent.

Chacun chez soi, et les vaches seront bien gardées. Et aux moins, nos soldats, s’ils doivent mourir, mourront pour la France et pour des Français qui en valent la peine. Du moins il faut l’espérer.

 

Laisser un commentaire