Avec Macron, 300 000 déboutés du droit d’asile toujours en France !

Le machiavélisme de Macron n’étant plus à démontrer, son nouveau discours sur l’immigration ne trompera que les gogos.

Aurait-il compris avec des années de retard qu’aucune politique économique n’a la moindre chance de succès si on ne réussit pas l’intégration ? Pas du tout. C’est plutôt un discours opportuniste pour alpaguer les maires de droite à la veille des municipales.

Voici ce qu’il déclarait en 2017 :






« L’immigration ne devrait pas inquiéter la population française […] elle se révèle une chance d’un point de vue économique, culturel, social ».

Mais aujourd’hui, coincé entre le RN et les Verts, il godille sans arrêt, en tenant un discours soi-disant lucide pour ratisser à droite, tout en ouvrant les frontières comme jamais pour plaire aux écolos, ses nouveaux chouchous qui réclament la création d’un statut de réfugié climatique.

Statut qui devrait nous permettre d’accueillir quelques dizaines de millions de déshérités supplémentaires, accablés par les dérèglements climatiques de tous ordres.

Car nos brillants « experts », les mêmes qui nous annonçaient en 1970 un terrible refroidissement pour l’an 2000, nous prédisent aujourd’hui une montée des eaux de 2 mètres avant 2100, entraînant la disparition d’une bonne vingtaine de villes côtières dans le monde.

Soyons rassurés, la croissance démographique en France se porte à merveille, contrairement à nos voisins européens. Plus besoin de faire des enfants, le monde entier en fait pour nous…

Mais revenons au bonimenteur de l’Élysée.

Voilà un inconditionnel du multiculturalisme qui n’a jamais évoqué le sujet de l’immigration dans son programme présidentiel de 2017, et encore moins lors du Grand Débat, mais qui se permet de déclarer mardi soir :

« Il faut être très vigilant sur l’immigration ». Il faut oser !

Il parait que la loi « Asile-immigration », dont RL avait dénoncé l’hypocrisie et l’inefficacité, « ne produit pas les effets escomptés ».




Et Édouard Philippe d’enfoncer le clou en expliquant « qu’il faut avoir le courage d’affronter sans fausse pudeur la pression migratoire ».

L’exécutif vient de découvrir l’eau chaude ! Dormons tranquilles !

Édouard Philippe va même jusqu’à dire la vérité sur l’asile !

« Le nombre de demandeurs d’asile a diminué de 10 % en Europe l’année dernière, mais il continue d’augmenter en France d’environ 22 % ».

Et Darmanin y va de son couplet explicatif :

« Il suffit de regarder la carte électorale pour voir que l’immigration explique le vote partout ». Quel scoop ! Serait-il enfin conscient du coût démentiel de l’immigration ?
.
Ce brave Moussa, pas le prophète bien sûr, mais notre Moussa de Bercy, vient de découvrir que dans le triangle d’or Neuilly-Auteuil-Passy, on ne vote pas comme dans les régions qui supportent le choc culturel et les méfaits de l’immigration de masse ! Belle avancée !

Sur l’aile gauche de LREM, évidemment, on déplore ce « discours de la peur ».

On se souvient que Macron avait tenté de calmer les Gilets jaunes en déclarant :

« Je veux aussi que nous mettions d’accord la nation avec elle-même sur ce qu’est son identité profonde, que nous abordions la question de l’immigration ».




Un monument d’hypocrisie car l’immigration a été supprimée des sujets majeurs du Grand Débat, pour devenir une question accessoire.

Et le même jour, Macron envoyait son émissaire au Maroc pour signer dans le dos du peuple, le Pacte de Marrakech, qui organise et légalise l’invasion de l’Europe.

Chez Macron, tout n’est que mensonge, calcul sournois et tromperie.

Il a promis un débat annuel à l’Assemblée sur la politique migratoire.

Mais on en connaît déjà l’issue. Toujours plus d’immigration.

D’ailleurs, pour l’inénarrable Aurélien Taché, « Le vrai sujet, ce n’est pas la maîtrise de l’immigration. C’est le logement des réfugiés : 20 % des migrants que vous voyez dormir dans la rue, ce sont des gens qui ont obtenu le droit d’asile. »

140 000 SDF dorment sous les ponts. 2 millions de Français attendent un logement social, parfois depuis 8 ans. Mais la priorité pour Taché, c’est de loger les réfugiés !

Encore un immigrationniste qui ignore que sur les 400 000 demandeurs d’asile depuis 2015, 100 000 ont obtenu satisfaction. Mais les 300 000 déboutés sont toujours là. Le détournement de l’asile est devenu un trafic mafieux très juteux.

La France récupère tous les déboutés d’Allemagne et plus aucun clandestin n’est expulsé puisque le gouvernement capitule face aux pays qui refusent de reprendre leurs ressortissants.




Macron a même baissé le budget des reconduites et la France expulse moins qu’en 2015 alors que les arrivées de clandestins ont explosé.

Sur les plus de 100 000 clandestins contrôlés chaque année, donnant lieu à autant d’obligations de quitter le territoire français (OQTF), une infime minorité repart.

En conclusion, il faut savoir que le discours de Macron, aussi opportuniste que mensonger, se traduira en fin d’année par 500 000 immigrés de plus qu’en 2018, toutes catégories confondues.

Les chiffres de 2018, 260 000 visas longue durée + 120 000 demandeurs d’asile + 50 000 MNA + les clandestins, sont en train d’exploser.

À 13 000 euros le migrant et 50 000 euros le MNA, faites le calcul.

Macron, c’est le pyromane qui se dit déçu par le bilan de la loi « Asile-immigration », alors qu’il a tout fait pour la rendre inefficace, notamment en élargissant le regroupement familial.

C’est dire le mépris qu’il a pour le peuple.

Jacques Guillemain

Laisser un commentaire