Amazonie : Macron et ses grossiers mensonges démasqués

Le ministre brésilien des Affaires étrangères répond à Macron et remet les pendules à l’heure, avec des arguments irréfutables qui discréditent totalement le bonimenteur de l’Élysée.






Quand la presse française rivalise de superlatifs pour nous brosser un bilan époustouflant du G7 et encenser son idole, elle ment effrontément. Difficile de faire pire dans la soumission mielleuse au macronisme.

Le G7 ? « Un triomphe », une « diplomatie de haut vol ». Macron le grand conciliateur, le Mozart de la politique internationale, le « Champion de la Terre », le nouveau leader de l’Europe. Qui dit mieux ?

Mais derrière cette ignoble et grotesque désinformation orchestrée par des journalistes sans éthique, il y a un charlatan et un calculateur rapidement démasqué, et dont les mensonges éhontés sont dévoilés au grand jour.

Passons sur le dossier iranien, sur lequel Macron se garde bien de dénoncer le soutien de Téhéran au terrorisme international, en finançant et en armant le Hamas et le Hezbollah, qui n’ont qu’un seul objectif : rayer Israël de la carte.

Mais revenons sur le dossier de l’Amazonie, un scandale qui illustre à lui seul le machiavélisme, le cynisme et la fourberie de Macron.

Macron s’est permis de faire le procès de Bolsonaro sans la moindre preuve, accusant le Président brésilien de massacrer la forêt amazonienne alors qu’il n’est élu que depuis janvier 2019 !

Un procès odieux, totalement fabriqué sur des mensonges, dans le seul but de trouver un prétexte pour ne plus signer l’accord commercial entre l’UE et le Mercosur, alors qu’en juin, lors du G20 d’Osaka, Macron jugeait que cet accord était « bon en l’état ».

La raison de cette volte-face ? Les futures élections municipales.

Car Macron a peur du score des écologistes aux européennes et craint la fronde des paysans qui refusent l’accord avec le Mercosur et s’en prennent aux permanences des élus LREM.

Afin de se concilier les Verts et le monde rural, quoi de plus simple que de pulvériser Bolsonaro en lui faisant porter le chapeau de la déforestation amazonienne ?

Hélas, le ministre Ernesto Araujo vient démontrer l’ampleur des mensonges de Macron, prêt à tous les coups bas pour satisfaire ses ambitions électorales.

Du 1er janvier au 23 août 2019, les satellites ont dénombré une augmentation des incendies supérieure de 84 % par rapport à 2018. Mais inférieure de 43 % à 2005.

Le nombre d’incendies en 2019 est inférieur à la moyenne des 22 dernières années !!

En Bolivie, le nombre d’incendies en 2019 est en hausse de 115 % et au Pérou de 105 %. Mais c’est Bolsonaro que Macron attaque !




De plus, la surface des terres incendiées en 2019 est inférieure à la moyenne historique. Où est donc le crime de Bolsonaro ?

Car Bolsonaro agit, contrairement aux gouvernements précédents qui n’ont rien fait, malgré des incendies bien plus importants. Tous ces chiffres sont officiels et vérifiables.

Question du ministre brésilien à Macron :

« Est-ce que l’augmentation du nombre d’incendies en Guyane est due à une négligence du gouvernement français ? Est-ce que la France encourage la déforestation en Guyane ? »

Pourtant, en Guyane, où la forêt est 70 fois plus petite que la forêt amazonienne, 8 millions d’hectares contre 550, et donc beaucoup plus accessible, le nombre d’incendies en 2019 a augmenté de 120 % par rapport à 2018 !

C’est bien la preuve que Macron est un hypocrite et un menteur, prêt à toutes les turpitudes pour tromper les Français.

La situation en Guyane est pire qu’au Brésil ! C’est indiscutable.

C’est donc Macron le saboteur de la forêt, bien davantage que Bolsonaro !

« Nous sommes tous Amazoniens », a cru bon de déclarer Macron. Mauvaise pioche ! Car la Guyane, non seulement il croyait que c’était une île, mais il l’a abandonnée à une immigration sauvage et à une insécurité démentielle.

En braillant que l’Amazonie était le poumon de la planète et fournissait 20 % de notre oxygène, Macron s’est encore ridiculisé par son ignorance.

On ne le répètera jamais assez, notre oxygène provient essentiellement des océans. L’Amazonie, 10 % des forêts mondiales, n’en fournit que 2 %.

Tout cela nous prouve que le G7 de Biarritz, loin d’être un exercice de diplomatie de haut vol, n’est qu’une vaste opération de communication pour redorer le blason d’un Macron très impopulaire, qui est déjà en campagne pour les municipales.




Le procès de Bolsonaro, élu démocratiquement par le peuple brésilien, c’est du pur Machiavel. Tout n’est que mensonges, fausses preuves, dissimulation et accusations gratuites. Des méthodes dignes de l’époque stalinienne.

Rappelons aussi qu’en Afrique, la situation est pire qu’en Amazonie.

Enfin, si Macron prétend sauver la forêt, pourquoi a-t-il baissé le budget de l’ONF ? Un rapport sénatorial est sans appel :

À long terme, « la forêt va dans le mur. Les crédits proposés ne permettent pas d’infléchir significativement cette trajectoire ».

www.ripostelaique.com

Laisser un commentaire